Deux hommes sont venus

 
 
 

Date et lieu

Fin avril 1866, en Louisiane.

Sujet

Sur la route de la Floride où pourrait se cacher le trésor d'El Paso, Dylan rencontre un nouvel ami, Kija, contraint de tuer son cheval alors qu'il rentre en Louisiane. Ensemble, ils entrent dans la ville hostile de Sanwooten, sous la coupe des busards de guerre, avides de bétail et de terre.

Après avoir appris toute la vérité sur les injustices commises, en colère, deux hommes sont venus, ils ont guidé des troupeaux vers le champ, puis vers la maison bientôt en feu de Hicklebery, le profiteur de guerre. Ensemble, ils patientent dans la ville jusqu'à ce qu'un petit homme redistribue les lopins de terre aux dépossédés. (Raymond Perrin, Dylan Stark 2, Lefrancq, 1998).

La petite histoire... Cette rencontre entre Dylan et Kija est le début d'un compagnonnage assez fort pour durer le temps de huit récits.

 

Éditions

Couverture de Hermann.

  • 1ère édition, 1968
  • Publication en feuilleton, dans l'hebdomadaire "Tintin, le journal des jeunes de 7 à 77 ans, 1968.
  • Illustrations : Hermann.
  • n° 1010, 29 février 1968, couv. (ill. Hermann) et pp. 22-23, 25, chapitre I.
  • n° 1011, 7 mars 1968, pp. 36-37, 39, chapitre II.
  • n° 1012, 14 mars 1968, pp. 36-37, 38, chapitre III.
  • n° 1013, 21 mars 1968, pp. 36-37, 39, chapitre IV.
  • n° 1014, 28 mars 1968, pp. 38-39, 43, chapitre V.
  • n° 1015, 4 avril 1968, pp. 30-31, 33, chapitre VI.
  • n° 1016, 11 avril 1968, pp. 18-20, chapitre VII.
  • n° 1017, 18 avril 1968, pp. 20-21, 24, chapitre VIII.
  • n° 1018, 25 avril 1968, pp. 34-35, 42, chapitre IX.
  • n° 1019, 2 mai 1968, pp. 42-43, 48, chapitre X.
  • n° 1020, 9 mai 1968, pp. 20-21, 24, chapitre XI.
  • n° 1021, 16 mai 1968, pp. 20-21, 24, chapitre XII.
  • n° 1022, 23 mai 1968, pp. 20-21, 27, chapitre XIII.
  •  

    Couverture de Pierre Joubert.

  • 2ème édition, 1968
  • Verviers (Belgique) : Gérard & C°, 1968.
  • 18 cm, 111 p.
  • Illustrations : Pierre Joubert (couverture), Henri Lievens (intérieures).
  • (Pocket Marabout ; 52 ; Dylan Stark 10).
  • 4ème de couv. : Dylan fut debout et lança le fouet. L'homme à cheval n'eut pas le temps de lever son fusil ; il poussa un cri rauque, affolé. Le cheval se cabra. Dylan vit le fusil du cavalier décrire une courte trajectoire avant de se piquer dans le sol, les mains de l'homme s'agripper à son cou... Il tira.
  •  

    Couverture de Michel Blanc-Dumont.

  • 3ème édition, 1983
  • Paris : Castermann, avril 1983 [impr. : mars 1983].
  • 18 cm, 171 p.
  • Illustrations : Michel Blanc-Dumont (couverture et intérieures).
  • (L'Ami de poche ; 54).
  • ISBN : 2-203-13654-5.
  • 4ème de couv. :"Je veux te ruiner, capitaine Hickleberry, comme tu as ruiné Sam Blooden en lui volant ses bêtes... Je veux que demain tu te retires... Je veux que tu vendes tes terres et tes troupeaux... Que tu disparaisses."
    Après la Guerre de Sécession, Hilkija Britton revient chez lui en Louisiane.... Pour se venger d'Hicklebery, un hors-la-loi qui a profité de la guerre pour réquisitionner terres et bétail.
    Qui règne sur le village de Samwooten ? Quel rôle va jouer Dylan Stark ? Qui triomphera : le juste ou le truand ?
  •  

    Couverture de Michel Blanc-Dumont.

  • 4ème édition, 1998
  • in Dylan Stark 2.
  • Bruxelles (Belgique) : Lefrancq Littérature, 1998 [janvier].
  • 20 cm, 848 p.
  • Illustration : Michel Blanc-Dumont (couverture).
  • (Volumes).
  • ISBN : 2-87153-503-5.
  • Texte pp. pp. 381-475.
  • 4ème de couv. : ...Pierre Pelot commence le cycle Dylan Stark, dont le premier tome sera publié à la fin de l'année 1967, avec un antihéros plongé dans la Guerre de Sécession et les troubles nés d'une paix précaire. En fait, c'est surtout pendant ces années de l'après-guerre qu'on le voit évoluer, de 1865 à 1867. Ce choix d'une époque faussement paisible, aux plaies encore béantes, est dû sans doute pour une part au fait que Pelot lui-même est né dès le lendemain de la deuxième guerre mondiale, au cœur des Hautes-Vosges particulièrement meurtries ou détruites et, pour longtemps, livrées à la pénurie et bientôt au déclin économique.
    Nul doute que, pour un enfant né en 1945, - c'est juste 80 ans après 1865 ! -, l'atmosphère, les privations, les cicatrices encore vives d'un âpre conflit lourd de conséquences durables, ont laissé des traces dont on retrouve aussi la marque parmi d'autres romans plus contemporains. Quant à Dylan Stark, personnage de fiction certes, mais inséré dans un cadre géographique et historique plausible, il subit d'autant plus les séquelles d'une telle période qu'il est un métis né de mère française et de père Cherokee... (Extrait de la préface de Raymond Perrin).
  •  

  • 5ème édition, 2014
  • Paris : éditions Bragelonne, 17 mars 2014.
  • (Bragelonne Classic).
  • Livre numérique.
  • 112 p.
  • ISBN : 978-2-8205-1503-2.
  • Alors qu’il est en route pour la Floride, Dylan croise la route d’un nouveau compagnon, Kija. Tous les deux entrent dans la ville hostile de Sanwooten, et y découvrent rapidement les exactions d’un ancien sudiste, devenu chef d’une bande de véritables pillards et brigands qui font la loi...
  •  

    Première page

    Début 64, il avait quitté le pays. Bien obligé ! Et de toute façon, si rien de ce qui avait eu lieu ne s'était produit, il aurait tout de même changé de bottes… Il serait parti, avec le vieux Sam et les autres fidèles. Ils avaient dans l'idée de s'installer plus au nord, loin de la guerre, là-haut dans le nouveau pays, aux environs de cette fameuse ligne transcontinentale que l'on poussait vaillamment de plus en plus loin vers l'Ouest. C'était cela, l'idée de Sam. Seulement…

    … Les hommes sont là, et ils regardent les nuages, et ils n'ont rien de mieux que leurs deux pieds pour se caler sur terre; ce n'est pas toujours très solide ! Ils regardent les nuages et ils disent : " Demain, il fera beau ". Et puis, le lendemain, l'orage les détrompe avec fracas…

    Il était parti en 64. La guerre, cette saleté qui n'était pas son affaire, il l'avait faite. Ou plutôt, il l'avait achevée, lui et des centaines de milliers d'autres types de qui ce n'était pas l'affaire. Il avait serré les dents. Il s'était battu comme un enragé.

    Il s'en était sorti. Plus pauvre ? Enrichi ? Encore une fois, allez savoir !… Allez mettre un nom sur la bête qui rongeait le cœur de celui-là, allez dire si la vengeance est poussière de cendre ou d'or. Vue de loin, de façon impersonnelle, cela vous paraît terne, et vile, une vengeance… mais lorsqu'elle est diablement présente en vous, lorsqu'elle vous habite, affamée et dévorante, lorsque rien d'autre ne compte…

    Il revenait.

    Hilkija Britton revenait.

    Il était de retour en Louisiane, cet étrange pays beau comme une femme de rêve, beau et terrible aussi. Son pays. Les champs de coton avaient appris la couleur blanche à ses yeux d'enfant.

    Toutes les couleurs, il les avait découvertes en Louisiane, en regardant les mousses et les forêts, les bayous, les soleils fauves ou éclatants, voilés de brumes ou plus durs que l'acier d'un poignard indien. Un homme de Louisiane, Hilkija Britton. Il avait simplement quitté son pays, un jour, pour faire la guerre…

     

    Épigraphe

    Le couard, c'est celui qui, dans une situation périlleuse, pense avec ses jambes (Ambrose Bierce).

     

    Revue de presse

    1971 - France Dimanche - Ohé les jeunes

     

    France Dimanche

    12 janvier 1971

    Dylan fut debout et lança le fouet. L'homme à cheval n'eut pas le temps de lever son fusil; il poussa un cri rauque, affolé. Le cheval se cabra. Dylan vit le fusil du cavalier décrire une courte trajectoire avant de se piquer dans le sol, les mains de l'homme s'agripper à son cou… Il tira.

    Dylan, vous l'avez reconnu, c'est Dylan Stark, le fameux héros de Pierre Pelot. Les aventures qui se déroulent dans Deux hommes sont venus se situent avant celle qu'il vit dans La Peau du Nègre, roman déjà paru. Et elles sont de la même veine : excellente.

     

    Ohé les jeunes

    Date ? 

    Une nouvelle aventure de Dylan Stark, Deux hommes sont venus, par Pierre Pelot, qui s'attache comme d'habitude plus aux aspects humains de ses personnages qu'au simple jeu de la gâchette et du poing.

    Dylan Stark, un justicier qui a une âme. L'action se situe tout de suite après la guerre de Sécession, et Stark se trouve en face d'une injustice énorme commise par un chef de bande, pur brigand d'ailleurs déguisé en officier sudiste.

     

    Page créée le mardi 8 janvier 2002.